2016

Champ de batailles

Un film de Edie Laconi
1 h 38 min
Production : ISKRA
Langue : Français
Image : Couleur
Son : Stéréo, 5.1
Format : Vimeo, Fichier numérique, Bluray, DCP
Négatif : Iskra
Versions disponibles : VFR

Au titre de la protection de l’enfance, le centre parental accueille des mères et des pères pour lesquels être parent ne va pas de soi. Dans ce lieu où les sentiments et les émotions sont aiguisés, les frontières sont minces entre protection et contrainte,entre conseils et admonestations, entre réparation et séparation. Tandis que non sans révolte deux jeunes filles tentent d’apprendre à devenir mères, un couple consent à demander le placement de son enfant dans une famille d’accueil.

Réalisation et Image : Edie Laconi Son : Xavier Griette Denis Guilhem Montage : Charlotte Tourrès Montage son et Mixage : Benjamin Rosier Etalonnage : Magali Marc Musique : Quentin Rollet Production : Matthieu de Laborde

Festivals : 2018 : Festival international du film d’éducation - Evreux (France) - Sélection 2017 : Cinéma du réel - Paris (France) - Sélection

Sélectionné au Cinéma du réel en 2017, le documentaire d’Edie Laconi filme le quotidien d’un centre parental à Hérouville Saint-Clair, près de Caen.

Notes sur le film

par Edie Laconi

J’ai vécu longtemps dans une petite maison d’un quartier excentré de Bobigny, en banlieue parisienne, à quelques dizaines de mètres d’un hôtel d’urgence. Tous les jours, devant chez moi, je voyais passer des familles dans le plus grand dénuement. Un jour, mon fils est né. Nous étions maintenant trois à la maison. Je découvrais la paternité. Quelque temps plus tard, l’hôtel social est devenu un centre maternel. Désormais devant nos fenêtres ne passaient plus que des femmes toujours seules avec des poussettes. En voisin du centre, je suis allé à la journée portes ouvertes de l’établissement. Ce jour-là, j’ai découvert qu’il existait des endroits où des femmes apprenaient à être mères de leur enfant. Je n’ai pas pu tourner mon film dans ce centre maternel. J’en ai cherché un autre. Il en existe au moins un par département. En 2012, j’ai reçu l’aval de la direction d’un établissement à Hérouville-Saint-Clair, près de Caen. Ce n’était pas pas un centre maternel mais un centre parental accueillant des parents isolés - les hommes seuls restent l’exception et des couples et leur enfant.

CHAMP DE BATAILLES se construit de fragments de la vie de quelques personnages hébergés dans ce centre parental, deux jeunes femmes dans le début de la vingtaine, et un homme et sa compagne, plus vieux de quelques années. Les deux jeunes femmes ont été placées là avec leurs enfants respectifs à la suite d’une décision judiciaire. L’homme et son amie sont entrés dans le centre dès la naissance de leur enfant, à leur propre demande. Tous se côtoient dans le centre parental durant quelques semaines avant que ne soit décidé le placement dans une famille d’accueil de l’enfant du couple. L’homme et sa compagne quittent alors le centre parental pour un petit appartement. Tandis que les deux jeunes femmes se battent contre l’institution qui les somme de changer et contre elles- mêmes, pour éviter le placement de leur fils, l’homme et sa compagne reçoivent la visite de leur enfant une fois par semaine pendant une heure en présence d’un travailleur social.